Risque VOLTAC et SETBA

La DIRCAM publie des secteurs VOLTAC où les hélicoptères militaires (ALAT) effectuent des missions d’entraînement,

de jour comme de nuit, à très basse altitude dans des volumes appelés SECTEURS VOLTAC.

  • La tranche d’espace utilisée est comprise entre le sol et 150 m/sol à l’exclusion des espaces aériens contrôlés
  • et espaces aériens à statuts particuliers (exactement dans le couloir des drones)

voltac-zone

Ces secteurs, dont les limites géographiques sont publiées ci-après, ne possèdent aucun statut particulier. LA PLUS GRANDE PRUDENCE est par conséquent recommandée aux navigateurs aériens (et aux télépilotes de drones ou d’aéromodèles) appelés à transiter dans ces espaces à forte activité d’hélicoptères.

 

Voir aussi : AIP France ENR 5.2 ZONES DE MANOEUVRES ET D’ENTRAINEMENT MILITAIRES


ENR 5.2.7 Secteurs d’entraînement Très Basse Altitude à vue

Ces secteurs ont pour but de permettre des activités aériennes militaires à des hauteurs < à 500 ft et de réaliser une certaine ségrégation de ces activités. Le principe du libre accès aux secteurs AUBE, MORVAN, COMBRAILLES et ARDÈCHE pour les utilisateurs MIL FRANCE est retenu. Les secteurs SELUNE et DRÔME font l’objet d’une gestion particulière (ENR 5.2-16 MIL). Les aéronefs à réaction étrangers en mission d’entraînement, ne peuvent pas évoluer à l’intérieur de ces secteurs. Ils ne sont pas assimilables à des zones à statut réglementaire (R et D) et ne sont donc pas opposables aux autres usagers (VFR). C’est pourquoi les équipages doivent y appliquer la règle «VOIR ET EVITER». LA PLUS GRANDE PRUDENCE est recommandée aux navigateurs aériens appelés à transiter dans ces espaces.

 

setba-zone

SETBA